Revolver Lefaucheux – Pirlot à cartouches rechargeable à cheminée.

Indéniablement on a un revolver Lefaucheux M1854 sous les yeux mais néanmoins très différent aussi, pas fréquent voire très rare, dans notre base de données j’en dénombre 4 actuellement.

La curiosité de cette arme est à trouver dans sa conception, elle est conçue, non pas pour tirer des cartouches à broche mais des cartouches à percussion rechargeable. La douille métallique est remplie de poudre noire et sa balle ajustée sur le dessus par pression. Avec un angle à 90° une sorte de cheminée sort à l’arrière de la douille. Cette cheminée, en relation avec la poudre noire dans la douille est coiffée d’une capsule de fulminate. La base de cette cheminée est à section carrée et s’insère parfaitement dans les encoches, à section carrée du barillet. La cartouche ainsi constitué n’a donc aucune possibilité de mouvement. La tête du chien est creux et épouse parfaitement la capsule lors de sa frappe. Cela procure un avantage non négligeable par apport aux M1854 à broche ; les cartouches pouvant être rechargé quelque soit l’endroit qu’on se trouve tout en pouvant fabriquer des cartouches plus ou moins étanches.

Brevet N° 019380 du 15 avril 1854

Le revolver 4108 reprend plusieurs éléments du brevet de novembre 1854 (la 1ère addition par rapport au brevet initiale du 15 avril 1854).
Le mécanisme est en simple action, c’est-à-dire qu’il faut tirer la chien en arrière avec le pousse pour armer l’ensemble.
Le calibre est de 9 mm, ce n’est que plus tard, sous la pression de la Marine, que l’arme sera disponible en 12 mm.


La culasse est en forme de dôme et la portière de chargement est muni d’un petit ressort de blocage (la portière de l’arme ici présentée n’est pas celui d’origine).
Le blogage du barillet est lui issu des tout premier M1854 et tel que dessiné dans le brevet puisque le blogage se fait, non pas par des arrêtoirs sur le pourtour du barillet, mais par l’arrière sur la face interne de ce dernier.

Marquages et poinçons :

C’est indéniablement un revolver de fabrication belge, le ELG, sur le barillet, du banc d’épreuve de Liège le prouve. On y trouve aussi la lettre N couronnée de contrôleur, lettre qu’on retrouve aussi sur le pan gauche de canon.

Sur le dessus du canon on trouve un marquage très curieux et pas fréquent :
INVn LEFAUCHEUX FILS Bte PIRLOT FRERES A LIEGE.

Cette inscription permet une interprétation dans les deux sens :
1 – Invention Lefaucheux fils et breveté par Pirlot frères à Liège, parce que l’arme comporte des modifications qu’on ne retrouve pas sur les autres armes de Lefaucheux.
2 – Invention Lefaucheux fils breveté, exploité par Pirlot frères à Liège. Autorisation donné par Eugène Lefaucheux à Pirlot pour son exploitation, avant de transmettre les droits du M1854 à sa société.


Sous le canon, la présence des lettres NM, dont j’ignore la signification mais qui sont relativement courant sur des armes Lefaucheux de fabrication Belge.

Sur le barillet un trouve le numéro de l’arme : 4108.

Sur le côté gauche de l’arme, sur le pied du canon et l’embase de la carcasse ;
Le poinçon PF couronné dans un ovale pour Pirlot frères.
La société « Pirlot frères » est l’association d’Eugène et Gustave Pirlot, situé 95 rue Saint Gille à Liège.
Ainsi que E. Lefaucheux Inventeur Breveté ; la aussi il y a une ambigüité, doit-on lire Eugène Lefaucheux inventeur de l’arme ou le fait que Pirlot c’est acquitté des droits à la société du même nom puisque Eugène cède les droits à sa société en février 1859.

Le bâti de l’arme, le pontet ainsi que le bras supérieur de la crosse sont finement gravés de fougères.

Datation :
Ce marquage « E. Lefaucheux » permet déjà de situer l’arme après la cession des droits d’Eugène Lefaucheux à la société du même nom le 4 février 1857. Selon notre base de données le numéro 4108 est à classé durant l’année 1859 sans pour autant être plus précis pour le moment. Dans cette base de données nous avons répertorié plusieurs revolvers du même type en le numéro 4049 et 4108.

Caractéristiques techniques :
Poids de l’arme à vide : 988 grammes.
Longueur totale de l’arme : 315 mm.
Longueur du canon : 182 mm, octogonal sur toute sa longueur, 0rayé.
Barillet : 6 coups, pour cartouches rechargeable avec cheminée.
Calibre : 9 mm.
Mécanisme : Simple action.
Crosse : finement quadrillée en bois d’un bloc évidée fixée par deux vis.

Conclusion :
Personnellement je pense que cette arme est de conception 100% Lefaucheux puisque dans son brevet d’addition de juin 1855 il fait allusion au rechargement du barillet et/ou cartouche avec le placement d’une capsule et il montre, sur une pub/notice de 1860 le revolver en question.

® et © Lefaucheux, juillet 2022.

Publié par Eugène L.

La vie et la production des Lefaucheux père et fils durant la période 1802 - 1892.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :