Eugène Lefaucheux, Jean Pierre Laffiteau et Célestin Modé

Que se passe-t-il après Eugène Lefaucheux et Jean-Pierre Laffiteau ?
Pour cela il faut fait un retour en arrière pour bien comprendre le comment et le pourquoi.

Avec la création de la société « E. Lefaucheux & Cie. » le 14 janvier 1855 il existera durant presque 60 ans 2 entités Lefaucheux.
Celle de la maison Lefaucheux au 37 rue Vivienne à Paris, dirigée après la mort Casimir en 1852 par sa femme jusqu’en 1859 et la fabrique d’armes « E. Lefaucheux & Cie. » situé jusqu’en 1859 au 9 et 9bis rue Lafayette puis au 104 de la même rue (renumérotée 194 en 1865) crée par le quatuor Eugène Lefaucheux, Bigot, Binard et Fernandez-Patto.

Madame Veuve Casimir meurt en 1863, la gérance du 37 rue Vivienne est déjà entre les mains de Jean-Pierre Laffiteau et Constance Lefaucheux et ils héritent logiquement de se bien.
La santé de Constance est fragile après le décès de sa fille en 1860 et elle décède prématurément en juin 1869. N’ayant pas d’enfant le magasin revient à Jean-Pierre Laffiteau.
Lors de la gérance, Jean Pierre Laffiteau embauche, en 1862, un certain Louis Henry Rieger en qualité de directeur de la Maison Lefaucheux.

Louis Henry Rieger est né le 25 février 1841 à Galluis près de Houdan dans les Yvelines, fils de Jacques Rieger, coutelier et de Zoé Viron.
Il s’associe avec Jean-Pierre Laffiteau en 1873 et deviendra Rieger successeur en 1876 mais reste associé jusqu’en 1878.
Henry Rieger meurt au 37 rue Vivienne à l’âge de 71 ans, le 17 février 1913.
Etablissement est mise aux enchères le 31 juillet 1913.

Chez Eugène Lefaucheux les affaires sont florissantes jusqu’en 1867.
Avec la mise en place d’une usine de fabrication à Liège en 1865 qui absorbera une très grande partie de la production d’armes de Paris. L’établissement de Paris devient un atelier d’assemblage et de finition. A la mi-1867 l’entreprise, par suite d’un désaccord profond entre les actionnaires Lefaucheux – Binard, est poussé au dépôt de bilan suivie d’une mise aux enchères. Eugène Lefaucheux rachète les fonds de Liège et de Paris pour une bouché de pain et devient E. Lefaucheux fabricant d’armes.


En novembre 1873 il ferme et vend l’usine de Liège à Lambert Dacier, suivie en 1874 par les ateliers de Paris en les déménageant à Trémerolles près de son domicile à Bruyères le Châtel.
Le magasin de vente est installé au 32 rue Notre Dame des Victoires juste à côté des bureaux de son ami Jules Gévelot.
Le 15 novembre 1881, histoire d’Eugène Lefaucheux en tant que fabricant d’armes prend fin en vendant le magasin de Paris à Joseph Chevalier et Camille Dru.
La maison devient « E. Lefaucheux, successeur Chevalier & Dru »

Joseph Victor Chevallier est né en la commune d’Orvault (Nantes) au Petit Bellair, le 31 octobre 1848. Camille Dru est né le 3 mai 1857 dans le 9ème arrondissement de Paris.

Les affaires sont poussives et Chevalier & Dru rencontrent des difficultés à rembourser l’achat de l’établissement Lefaucheux. En 1885, Camille Dru se retire de la gestion de l’entreprise mais garde ses parts et la société devient Chevalier & Cie. En 1889, il se retire définitivement, la société est dissoute et Eugène Lefaucheux cède sa créance de 80.000 fr. pour 20.000 fr. à Henri Bonduel.

Joseph Chevalier devient seul propriétaire sous le nom de « E. Lefaucheux – J. Chevalier successeur ».
Eugène Lefaucheux meurt à Cannes le 24 mars 1892.

Jules Gévelot, propriétaire du 32 rue Notre Dame des Victoires est exproprié et Joseph Chevalier s’installe dans des nouveaux locaux au 9 rue des Filles de Saint Thomas, près de la Bourse, à partir du 1 août 1896.
Joseph Chevalier reste aux commandes de sa société jusqu’au début de l’année 1912.

Vers cette date la maison « E. Lefaucheux » est rachetée par Célestin Jules Modé.
Célestin Modé garde les locaux au 9 rue des Filles de Saint Thomas, au moins jusqu’au rachat aux enchères, le 31 juillet 1913 de la « Maison Lefaucheux – Rieger successeur ».

Avec l’achat aux enchères de l’établissement d’Henri Rieger, Célestin Modé fait l’acquisition de plusieurs noms prestigieux :

  • Rochatte – Bertin Jourich successeur.
  • Béringer & A. Nouvelle
    Pour assoir son nouveau consortium Célestin Modé déménage et s’installe au 91 rue de Richelieu.

Juste après la fin de la 1ère guerre mondiale, en 1918 il fait l’acquisition de la Maison Pirlet Fils & Cie. à Paris, pour devenir en 1933 la Maison Modé-Pirlet.

Joseph Chevalier meurt le 18 octobre 1932 à Paris.
Célestin Modé décède le 14 février 1957 à Paris.
La Maison Modé-Pirlet est racheté par Lien-Chapu pour devenir Lien-Chapu & Modé pour fermer définitivement ses portes en 1990 après le rachat par Callens & Modé.

Sources :

  • Archives d’Eugène Lefaucheux.
  • Archives de l’auteur.
  • Archives de la ville de Paris.
  • Archives de la Loire Atlantique.
  • Archives de Péronne.
  • Archives de la Légion d’Honneur.
  • Archives de la BNP.
  • Eugène Lefaucheux ou l’apothéose de la saga familiale
    Auteurs : Guillaume van Mastrigt
    Crépin-Leblond 2012.
  • Eugène Lefaucheux 1832-892 , Nineteenth century arms Manufacturer in Paris and Liège.
    Auteurs : Guillaume van Mastrigt et Arie Slingerland 2021.
  • Qui est Qui de l’arme en France
    Pierre Jarlier et Jean Jacques Buigné, Editions du Portail 2001.

® et © Lefaucheux mars 2022.

Publié par Eugène L.

La vie et la production des Lefaucheux père et fils durant la période 1802 - 1892.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :