Fusil issu du brevet 131616.

Fusil d’Eugène Lefaucheux issu du brevet 131616 du 25 janvier 1879.

L’arme ici présenté est issu du brevet d’Eugène Lefaucheux, n° 131616 déposé par Sieur Maurice à Paris le 25 janvier 1879. Le brevet a aussi été déposé en Belgique, sous le n° 47251 par Gustave Bronne le 27 janvier de la même année.
Le brevet initial est complété de trois additifs.

Le certificat d’addition qui nous concerne est le 3ème déposé en France par Maurice le 24 avril 1880 et par Gustave Bronne, le brevet n° 51272 du 26 avril suivant, puisque l’arme est une combinaison de la planche n°18 / 19 du fait de sa présentation externe et de la position des détentes et la planche 20 pour une partie de son mécanisme interne.
Jean Claude Mournetas, dans son excellent livre « La saga des fusils de chasse Lefaucheux » le présente (le même fusil), page 179, comme étant une évolution de la planche n° 8 (bis), du point de vue aspect externe il a raison mais lorsqu’on ouvre la portière recouvrant le mécanisme on voit clairement que cela ne correspond pas….

Le fusil de chasse présenté ici est d’une extrême rareté puisque c’est une combinaison de plusieurs présentations du brevet et par le fait que cette arme comporte le numéro LF 1.

Le brevet 131616 fut le seul à être inclus dans la vente de l’établissement d’Eugène Lefaucheux à Chevalier & Dru, le 15 novembre 1881. Les armes vendues à partir de cette date porte, en principe, la mention « Maison E. Lefaucheux ». On peut donc dire que contenu le numéro LF1, la date de cette 3ème addition et la vente de l’établissement, le fusil décrite ici aurait été fabriqué à Trémerolles entre le 24 avril 1880 et le 15 novembre 1881.  

Le verrouillage et armement :
Pour armer et ouvrir le fusil, on pousse dans un mouvement de haut en bas sur le levier placé sous l’évidement de la crosse, le premier cran bascule les deux chiens légèrement autour de leurs axes en arrière permettant de faire rentre les percuteurs, monté sur ressort, dans le corps de la culasse et de libérer les canons de leurs crochets pour basculement et ouverture. En poussant plus loin le levier amène, entraîné par intermédiaire d’une bielle, le chien autour de son axe à l’armement. En ramenant le levier contre l’évidement, la bielle est repoussée vers le haut mais sans avoir une action sur le chien puisque à sa base une fenêtre est taillée pour laisser cette liberté de mouvement.
Une autre bielle, à l’avant du chien est relié au grand ressort de percussion en V logé dans la table de bascule et le met sous tension.
On place les cartouches et d’un mouvement sec on referme les canons, les différentes pièces du mécanisme son remise en place en gardent les chiens à l’armement.
L’arme est prête à faire feu.

Le mécanisme interne est masqué par deux plaques de contre-platine. Elles sont montées sur l’extrémité de l’axe de rotation du levier d’ouverture, il suffit de desserrer la petite vis pour quelles pivotent pour avoir accès au dit mécanisme.

Le démontage du mécanisme est très simple et à la main. Il suffit de compresser le grand ressort en V et d’introduire dans l’orifice une tige cylindrique. On ramène le levier en position de fermeture, ce qui laisse le grand ressort coincé entre la table de la tige. Dès cet instant, toutes les pièces deviennent libres.

Poinçons et marquages :
Sur les canons :

Sur la bande sur le dessus ne un trait fin « E. Lefaucheux à Paris ».

En dessous sur le crochet de fermeture il y a le numéro de série LF1. Sur chaque tube de canon on trouve un EL entrelacé, le poinçon belge d’exportation ainsi qu’un restant de lettre couronnée, qui semble être le poinçon de contrôleur du banc d’épreuve de Liège d’avance le 1 janvier 1877, ce qui permet de conclure que les canons sont d’origine belge et en stock depuis minimum deux ans chez Eugène Lefaucheux à Trémerolles.
L’âme des canons est de 17.2 mm correspondant à une cartouche de calibre 16.


Entre les deux chiens, sur le dessus de l’arme « E. Lefaucheux Invr breveté ».
L’ensemble des pièces importante de l’arme sont frappé d’un 3 qui peut donc être considéré comme son numéro d’assemblage.

Caractéristiques techniques :
Poids de l’arme : 3200 grammes
Longueur totale : 1170 mm
Longueur des canons : 760 mm
Canon : Calibre 16 à percussion centrale, poudre noire, lisse.
Longueur de la 1ère détente à la plaque de couche : 360 mm
Crosse dite anglo-arabe, sobre, épurée, sans busc, rendant la ligne très fluide, quadrillée fixée par deux vis latérales.

® et © Lefaucheux, novembre 2021.

Publié par Eugène L.

La vie et la production des Lefaucheux père et fils durant la période 1802 - 1892.

2 commentaires sur « Fusil issu du brevet 131616. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :