LF50 un pistolet Lefaucheux M1859.

LF 50 un pistolet mono-coup, 12 mm à broche en carcasse métallique.

C’est un pistolet réalisé selon le brevet 043104 du 5 décembre 1859 et issu du certificat additif du 7 février 1860.
Le principe du pistolet est identique à celui appliqué aux fusils du même brevet (voir liens), à savoir :
– D’employer une seule pièce en métal formant la charpente complète de la crosse qui reçoit toutes les pièces mécaniques de l’arme ainsi que le canon.
– Une crosse en bois faite de plaquettes comme sur les revolvers.
– Une culasse mobile maintenue à l’une de ses extrémités à la carcasse métallique au moyen d’un axe placé au-dessus du centre du canon.
– Un chien placé sur le même axe que la culasse mobile.
Les points ci-dessus font objet du brevet de base pris le 5 décembre 1859.
Le point ci-dessous fait objet du certificat additif du 7 février 1860
– Un levier du côté gauche faisant office d’extracteur de douilles.
Le chien et la culasse pivotent autour du même axe.
En tirant sur le levier de la culasse vers le haut et en arrière, cette dernière s’ouvre et amène le chien à l’armé.


L’ouverture ainsi créée permet l’introduction de la balle.
Une fois la balle placée, on abaisse la culasse avec le levier.
Le chien reste en position permettant de faire feu en tirant sur la détente.
Pour extraire la douille après avoir fait feu, le pistolet est équipé, sur le côté gauche du canon d’un levier.
En tirant ce levier en arrière, un tire broche, situé juste à l’entrée du canon, éjecte la douille hors du canon.


Caractéristiques techniques :
Pistolet Lefaucheux mono coup 12 mm à broche.
Poids : 886 grammes
Longueur totale :350 mm
Longueur du canon : 194 mm
Canon : 8 pans avec guidon et mire.
Le canon est fixé, moyennant une grosse vis, à la carcasse par le dessous de cette dernière.
Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures de 3 mm de large.
Calotte en diamant sans anneau.
Le « LF 50 » et le « LF 38 », sont des armes parfaitement similaires, néanmoins et au-delà du fait d’un canon plus petit et d’un poids plus léger (pour le « LF 50 »), les autres grandes différences sont à voir dans la forme des plaquettes et la longueur des leviers.
Sur le « LF 50 », les plaquettes enveloppent l’ensemble du mécanisme et s’arrête au niveau de l’entrée du canon (comme la carabine issue du même brevet) et les deux leviers s’arrêtent au même niveau.
L’arme correspond en tous points à celui dessinée sur le brevet Américain.
Sur le brevet français le pistolet n’est pas représenté.
Marquages et poinçons:
La majorité des marquages et poinçons de l’arme sont sur le dessous du canon :


– Un « E.LF » surmonté d’un revolver 1854.
– Le numéro de l’arme « LF 50 » surmonté d’un pistolet brisé.
– Dans un ovale « Invon. E.Lefaucheux breveté S.G.D.G. à Paris ».
– Sur le corps de l’arme, au niveau de la vis de fixation du canon on retrouve le marquage « E.LF » surmonté d’un revolver 1854.
– Le numéro d’assemblage de l’arme est le « 97 » suivie d’un poinçon inconnu.


© et ® Lefaucheux Mars 2021.

Publié par Eugène L.

La vie et la production des Lefaucheux père et fils durant la période 1802 - 1892.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :