LF89 un couple de pistolet

Description des pistolets LF 89 de Casimir Lefaucheux selon brevet 1371 du 2 mai 1845.

C’est le 17 décembre 1835 que Camille Auguste Jean Baptiste Napoléon Jubé de la Perelle, achète à Casimir Lefaucheux, le fonds de commerce de la rue de la Bourse, ainsi que les bénéfices résultant des brevets et traités signés avec les armuriers.
Prix d’achat est de 25.000 francs et l’entrée en jouissance est fixée au 1er janvier 1836.
La raison de cette vente reste à l’heure actuelle encore une énigme.

La Maison à Pont de Gennes 72.

Casimir Lefaucheux et sa famille retourne dans son Maine natal et s’achète une maison aux Ponts-de-Gennes pour la somme de 6000 francs où il déposera plusieurs brevets dans le domaine du Cidre et l’Hippomobile.

Très probablement c’est par intermédiaire de Devisme, qui lui rachète un brevet, que Casimir Lefaucheux revient à Paris et aux inventions arquebusières.
Il se fait domicilier au 10, rue de la Bourse, alors que le magasin reste au nom de Jubé jusqu’en 1847, date à laquelle Casimir Lefaucheux rachète le fonds de commerce.

Néanmoins c’est dès le 2 mai 1845 que Casimir Lefaucheux prend le brevet d’invention no 1371 pour un pistolet à chargement par la culasse.

C’est un système ingénieux :
Pour charger, il suffit de faire pivoter latéralement le canon, après avoir légèrement dévissé l’écrou, sur l’axe inférieur et parallèle à ce dernier, fixé au bâti.
Le principe est simple, la fabrication facile, l’emploi fiable.
La conception et le principe de fonctionnement ressemble beaucoup au brevet Leroy du 8 septembre 1815.

Les deux pistolets LF 89 à mono coups avec canon pivotant.

le LF 125

Ces deux pistolets sont très différents du LF 125 issu du même brevet.
Les deux LF 89 (la aussi une rareté) sont d’un calibre supérieur avec un canon moins long, moins épais, s’ouvrent vers la gauche et non vers la droite comme sur le LF 125.

Dimension, marquages et poinçons :

Longueur totale : 170 mm
Poids : 212 grammes pour l’un, 216 grammes pour l’autre.
Longueur du canon : 76.2 mm
Canon lisse a priori chambré avec une entrée de 11.5 mm à broche et une sortie de 10.4 mm.
Mécanisme en Simple Action uniquement, avec une détente escamotable après armement du chien.
Gravure de feuilles, de fleurs et de lianes sur le chien, le bâti et le canon au burin.
Crosse en ébène de forme arrondie classique.


Sur la face supérieure du coffre le poinçon de Casimir avec le pistolet brisé suivi du numéro LF 89 pour les deux.


Sur le dessus du canon, en lettres gothiques « Lefaucheux Iteur. Bté. Paris ».


Sur son dessous un chiffre de « 191 » identique pour les deux.

Le brevet 1371 recevra un certain nombre d’additifs donnant naissance à la poivrière à broche.

Voir aussi le livre ;
« Casimir Lefaucheux Arquebusier 1802 – 1852 »
de Gérard Lautissier et Michel Renonciat
Edition du Portail
Page 40 et 41

® et © Lefaucheux Décembre 2020

Publié par Eugène L.

La vie et la production des Lefaucheux père et fils durant la période 1802 - 1892.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :